Comment agir face aux addictions ?

Le sujet des addictions, qui est grave, touche tous les secteurs et catégories socio professionnelles, BTP compris. Il est complexe, tant sphères privée et professionnelle sont liées. Comment détecter les usages addictifs ? Comment agir en amont dans l’entreprise ? Comment accompagner les salariés concernés ?

Addictions : état des lieux

Selon les derniers chiffres (Juin 2017) de l’observatoire français des drogues et des toxicomanies (OFDT), 9 millions de personnes consomment régulièrement de l’alcool, 3.8 millions des médicaments psychotropes et 1.4 millions du cannabis. Peu de données précises existent sur les conduites addictives dans le cadre de l’entreprise et encore moins sur le BTP. Cependant, les études s’accordent à noter une croissance du phénomène (surtout l’usage du cannabis) et sa généralisation : 10.2% des salariés de la construction et 31% des intérimaires du bâtiment fument du cannabis. Toutes les catégories professionnelles sont touchées, du cadre à l’ouvrier. Les pratiques addictives peuvent être liées à des facteurs relevant de la vie privée, mais également à des facteurs en lien avec le travail : port de charges lourdes, stress, travail en extérieur, pots avec alcool ….

Alcool, drogues et conséquences :

L’alcool est responsable d’une diminution de la vigilance et des réflexes, les médicaments (anxiolytiques, somnifères, antidépresseurs) de somnolence, le cannabis de troubles de la perception, les opiacés (héroïne) et les amphétamines (ecstasy) d’hallucinations. Au delà de la question de santé publique, les dangers sur le lieu de travail ne sont donc pas négligeables, surtout dans un secteur à risques comme le BTP. On estime entre 10 et 20% les accidents du travail dus à l’usage de produits psychoactifs.

Les produits et les addictions de A à Z :

L’OFDT aborde le phénomène des addictions de manière synthétique sous forme d’une fiche pour chaque produit ou activité de nature à induire une dépendance. Dans chaque fiche est proposé un accès rapide aux informations classées en huit thématiques principales : présentation, production/offre, consommation, conséquences, perception/opinions, cadre légale et orientations publiques récentes, sélection de documents, repères législatifs et réglementaires

Addict’Aide :

Le village des addictions est un outil collaboratif d’information, de ressources et d’échange qui réunit l’ensemble des acteurs confrontés aux addictions.

Ce que dit la loi ?

La prévention des risques clairement identifiées incombe au chef d’entreprise, au titre du principe général de prévention. Celui-ci est renforcé par la Jurisprudence qui impose aux entreprises une obligation de résultat en matière de sécurité. Celui-ci est renforcé par la jurisprudence qui impose aux entreprises une obligation de résultat en matière de sécurité. En cas de litige, si l’employeur voit dans l’ébriété ou la consommation de drogue sur le lieu de travail une faute professionnelle susceptible d’aller jusqu’au licenciement, le juge s’assurera que le chef d’entreprise, quelle que soit la taille de l’entreprise, a satisfait aux exigences légales en matière de prévention. Pour attester de la prise en compte du problème, l’employeur pourra présenter : l’annexe ou contrat de travail signée du salarié précisant qu’il lui a été remis un règlement intérieur lors de son embauche, les dispositions du règlement intérieur relatives à l’interdiction de l’ébriété ou de la consommation de drogues sur les lieux de travail et les dispositions du document unique d’évaluation des risques ainsi que le plan de prévention.

Ne pas hésiter à consulter la rubrique Détection des addictions