Protéger vos véhicules contre le vol est une réelle nécessité. Hormis les antivols de type cadenas pour les motos, il existe trois technologies principales pour la protection et l’identification des véhicules. Ces procédés proposent un effet dissuasif contre le vol et une collaboration avec les forces de l’ordre.

Le gravage :

C’est un moyen simple et peu onéreux pour contrôler les véhicules, qu’ils soient suspects ou non, et aux frontières. Toutefois, les gravures sont facilement effaçables et modifiables sans laisser aucune trace du maquillage.

Les identifiants RFID et NFC :

Ce sont des puces électroniques qui peuvent être dissimulés. Elles sont invisibles en cas de contrôle rapide et nécessitent un scanner de proximité pour les repérer. (uniquement quelques centimètres de distance). Ces scanners doivent être réglés sur la bonne fréquence de lecture et induisent un investissement plutôt conséquent. Les puces électroniques peuvent être effacées ou modifiées par un personne formé et avec peu de moyen.

Les traceurs ou balises :

Ça coûtent cher et cette technologie est inquiétante, car souvent reliée à l’ordinateur de bord pour un contrôle numérique à distance, un pirate informatique peut prendre le contrôle du traceur. Plus simplement, des brouilleurs s’achètent sur internet pour la somme de 15 à 150€ pour les plus sophistiqués.

Coût et efficacité ?

De quelques dizaines d’euros pur le gravage à plusieurs centaines d’euros pour un traceur, sans compter les abonnements. Ces systèmes n’arrêtent pas les voleurs, ils n’enrayent pas le trafic, et l’aide apportée aux forces de l’ordre reste aléatoire. Ces moyens d’identifications n’inquiètent pas les trafiquants qui les détectent facilement et les font rapidement disparaître pour blanchir la marchandise.

Solution :

apis 33 marquage-adn marquage synthétiqueLes produits de marquage codés : ce sont des traceurs UV, invisibles à l’œil nu, avec un code ADN. Cet outil de police a été promu par le Ministère de l’Intérieur en 2013, mesure du plan Cazeneuve pour la lutte nationale contre le vol : “Faciliter le recours en France aux dispositifs de marquage invisible (ADN synthétique)”. Aujourd’hui a police et la Gendarmerie disposent du matériel nécessaire pour détecter et exploiter cette technologie. Par ce procédé, il a été constaté dans les zones commerçantes et pavillonnaires équipées, une diminution des crimes et délits de 85% en Angleterre. La courbe du nombre de cambriolages ne baissant pas, il faut agir et ne pas rester passif. Afin d’avoir une vue d’ensemble de la progression de ce type de délinquance, et du nombre de méfaits commis, il suffit de consulter la site de Planetoscope qui nous donne une vue éclairée de la situation en France : Les cambriolages en France

Marquage et identification par l’ADN :

Ce marquage ADN avec révélateur UV possède un effet dissuasif et répressif puissant. Il peut être couplé aux systèmes de sécurité existants, mais se suffit à lui même dans un cadre sécuritaire de veille passif ou actif. Ces marqueurs sont inaltérables aux radiations, aux températures extrêmes et aux bains chimiques industriels agressifs. Leur ADN est unique et infalsifiable, et apporte la preuve définitive d’un délit devant les tribunaux.

Ces marqueurs ne peuvent s’effacer que par ponçage, abandon ou destruction de la pièce tracée. Quel intérêt pour un receleur de véhicule ou de pièces ? De plus, le voleur prend le risque de se heurter à un arsenal de sécurité, et d’être lui même marqué et relier directement à son délit pendant des semaines. Enfin l’ADN peut être détectée et analysée par les laboratoires de police scientifique même après avoir brûlée.

Le marquage à base d’ADN botanique n’emploie aucun minerai, ni extraction toxique pour être produit. Il est sans danger pour l’homme et l’environnement. Chaque échantillon d’ADN produit dans le monde est unique. Cette technologie est utilisée opérationnellement par plus de 30 états et par les USA. N’hésitez pas pour en apprendre plus sur cette technologie innovante à visiter la page de notre site : Le marquage synthétique

Les laboratoires qui fabriquent ces ADN sont basés essentiellement aux USA et en Angleterre, cotés en bourse, ils fournissent déjà plusieurs secteurs ultra sécuritaires, banques et convoyages, haute confidentialité administrative, logistique militaire, protection contre les contrefaçons.